Charles Maarek : « J’avais un vrai beau projet pour Oissel »

Entre une saison en demi-teinte, une présidence difficile, un avenir qui s’inscrit entre guillemets et un amour inconditionnel pour le football, les sujets à aborder était nombreux lors de notre échange avec le président du CMS Oissel Charles Maarek (à droit, photo ci-dessus). Entretien :

Foot Normandie : En dépit l’ambition affichée en début de saison par vous même M. Maarek, Oissel a échoué à réaliser son objectif à savoir accéder en National 2 (CFA). Avec du recul, quel bilan dressez-vous de cet exercice 2016-2017 ?

Charles Maarek : Notre bilan laisse quelques regrets car il était possible de mieux faire. Malgré un début de saison difficile et un accident en coupe, nous sommes par la suite revenu dans le coup puisque nous avons achevé la phase retour à la 1ère ou 2ème place. Je suis avant tout déçu pour les entraîneurs et les joueurs car sans problèmes dû à des parasites, nous aurions été dans le coup ! Toutefois, ce n’est que du sport !

Foot Normandie : « Des problèmes dû à des parasites », qu’entendez-vous par cela ?

Charles Maarek : Je ne vais pas les nommer mais ils se reconnaîtront ! J’avais un vrai beau projet pour Oissel. Malheureusement, il n’aboutira en raison de cette opposition destructive qui s’est manifestée par des tags, des menaces et une certaine déstabilisation. A mon sens, aimer un club c’est le soutenir et non faire le beau derrière une rambarde…

Foot Normandie : Malgré une amère pointe de déception dans votre discours, il n’en reste pas moins que le club agit en coulisses durant cette intersaison afin de préparer la saison 2017-2018 de National. Une intersaison qui marque d’ailleurs un certain renouveau dans les rangs du CMS Oissel. En effet, Eric Fouda et Ali Arbi ont respectivement laissé leur poste vacant à la tête des deux équipes seniors du club. Était-ce voulu ?

Charles Maarek : Avant toute chose, je peux vous annoncer que j’ai démissionné jeudi.  J’assurerai cependant mes fonctions jusqu’au 30 juin afin de maintenir des comptes équilibrés et aider faciliter la passation avec mon successeur. Je préfère démissionner avoir avoir fait le tour de la question.  Je tiens toutefois à préciser que mon bilan est tout à fait convenable puisque en deux ans, le club s’est restructuré et a obtenu de bons résultats sportifs. Visiblement, cela dérangeait… Quoiqu’il en soit, les hommes passent mais le club reste !

Foot Normandie : Il s’agit d’une surprise dont la mesure où vous sembliez vous être impliqué sur le long terme dans le projet du club de Oissel. De ce fait, est-ce une certaine forme de lassitude qui vous pousse aujourd’hui à quitter la présidence du club de la Métropole Rouen Normandie ?

Charles Maarek : Non ! Si on m avez écouté et compris, Oissel aurait pu aller plus haut… Je n’éprouve aucune amertume néanmoins. Je fonctionne à la confiance, à l’instinct et l’affectif et quand c’est fini, c’est fini ! D’ailleurs, je n’abandonne jamais. Néanmoins, je crois avoir fait le tour à Oissel. Je n’ai pas échoué, j’ai juste essayé de faire grandir le club. D’ailleurs, je tiens à remercier tous les bénévoles, les éducateurs et les joueurs qui m ont soutenu. Ce n’est pas un adieu mais un au-revoir.

Foot Normandie : D’ailleurs, êtes-vous aujourd’hui à même de nous confier l’identité du votre successeur à la tête du club ?

Charles Maarek : Non, je n’en ai aucune idée. Je l’aiderai toutefois dans la passation des dossiers. J’invite d’ailleurs mes opposants à prendre les reines du club et à montrer ce dont ils sont capables. Être dans l’opposition implique d’être prêt à gouverner. Ils ont tellement souhaiter ma démission, qu’ils foncent désormais.

Foot Normandie : A la lecture de vos propos, il nous est impossible de ne pas faire le rapprochement avec votre éternel club de coeur, Rouen. Dès lors, est-ce le moment idéal pour vous investir de quelque manière que ce soit auprès du FC Rouen 1899 ?

Charles Maarek : Je suis un amoureux du football et mon club de cœur est le Football Club de Rouen 1899. Il y a une équipe en place autour d’un président que j’apprécie et que je respecte, Fabrice Tardy. J’apprécie également les supporters sans qui le club n’existerait peut être plus car ce sont eux aussi qui ont sauvé le club en étant présent pendant plusieurs années en Division d’Honneur. Rouen est et restera. C’est pourquoi j espère que le club va continuer à gravir les échelons.  J’irai le voir avec mon fils la saison prochain comme j’ai pu y aller cette saison. Pour tout vous dire, je ne me suis pas posé la question quand à mon avenir. Je peux aussi souffler ! Pour le moment, je compte juste finir mon travail jusqu’à fin juin à Oissel. Je le dois par respect au club.

Foot Normandie : Si vous vous êtes quelque fois déplacé pour observer le FC Rouen 1899, vous vous êtes également déplacé pour voir évoluer le FC Dieppe. D’ailleurs, quel lien entreprenez-vous avec ce club depuis votre bref passage dans les rangs « Harengs » ?

Charles Maarek : Concernant Dieppe, j’espère que le club va remonter car c’est une terre de football. Je pense d’ailleurs que l’on reconnaît un club dans sa capacité à rebondir. Toutefois, dès que je vais voir un match, je suis par la suite annoncé dans le club. Je suis juste un passionné du football, un amoureux de football. Pour information, mon téléphone a beaucoup sonné depuis quelques jours… Je suis sollicité mais je ne recherche pas le pouvoir mais je cherche uniquement à prendre du plaisir et à aider les gens.

Foot Normandie :
En tant que dirigeant du club et passionné de football, vous aurez très certainement à coeur la réussite de votre club sous la houlette de Romain Djoubri. D’ailleurs, était-ce votre choix que d’introniser ce dernier à la tête de l’équipe première du CMSO ?

Charles Maarek :
 Bien évidemment, je souhaite à romain de réussir car c’est un enfant de Oissel. Il est revenu au bercail et cela fait bien plaisir à beaucoup de gens.

Foot Normandie : Ce dernier succède d’ailleurs à Éric Fouda. Or, ce dernier n’aura pas fait long feu à Oissel. Dès lors, comment expliquer ce départ quelque peu « précoce » ?

Charles Maarek : Il était à mes côtés depuis 1 an et demi. Je pense d’ailleurs que l’on se retrouvera car son bilan au club me convient.

Foot Normandie : Certes. Mais pourquoi ne poursuit-il pas alors sa mission à la tête de l’équipe première ?

Charles Maarek : Joker !

Foot Normandie : La page tournée, que pouvons-nous vous souhaiter à l’avenir ?

Charles Maarek : A terme, je souhaite un jour au FC Rouen de retrouver la Ligue 1.



(Crédit photo : Les informations Dieppoises)

Share Button

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils