Jimmy Bocquet : « Nous sommes toujours présents, en vie dans ce championnat. »

Depuis une élimination honorable au 7e tour de la Coupe de France face au Red Star, l’Olympique Pavillais est quelque peu rentré dans le rang en Division Supérieure Régionale. En effet, vous et vos troupes n’êtes parvenus qu’à engranger que dix-huit points sur les trente-six possibles depuis cette fameuse rencontre Néanmoins, force est de constater que la montée est toujours envisageable pour vos troupes. Comment l’expliquez-vous ?

Jimmy Bocquet : « La Coupe de France puisse beaucoup d’énergie et mentalement / psychologiquement nous avons quelque peu décroché. Ensuite, j’ai eu mon capitaine (Kévin N’dondo) qui est parti en Angleterre pour ces études, ajouté aux blessures longue durée de Lebourg, Boulenger et Resse et c’est tout mon secteur défensif qui a dû être transformée. Si nous additionnons le renvoi de Avenel il y a 3 semaines… Malgré tout, nous sommes toujours présent, en vie dans ce championnat. Le plus important, c’est d’être parvenu à renouer avec la victoire dimanche dernier à Saint-Nicolas, d’être toujours en course. Peu importe quels joueurs, à quel poste, nous avons traversé une période noire où l’état d’esprit était absent. Aujourd’hui,  nous avons les cartes en mains et malgré des matchs nuls (parfois pas uniquement au niveau du score), nous sommes sur sept matchs sans défaite. »

Que voulez-vous dire par renvoi ?

Jimmy Bocquet : « Nous avons arrêté de collaborer. L’état d’esprit n’était plus en adéquation avec le groupe. Ses performances en coupe lui ont fait toucher les sommets, il n’est jamais redescendu malheureusement. »

Malgré les péripéties que nous avons pu évoquer précédemment, la traversée du dessert a pris fin pour votre équipe dimanche dernier puisqu’elle est parvenu à renouer avec la victoire sur la pelouse de Saint-Nicolas d’Aliermont. Était-ce un soulagement ?

Jimmy Bocquet : « Il y a eu quelques changements de postes et joueurs, et peut être je l’espère une prise de conscience. La saison qui s’annonçait très belle est devenue sombre. Alors oui, c’est un soulagement, mais pas une fin en soi. Le plus dur est de confirmer ce bon résultat et d’être régulier. »

A sept rencontres du terme de la saison, Pavilly occupe la 3e place du championnat de Division Supérieure Régionale. Or, seules les deux premières places sont synonymes d’accession en Division d’Honneur (voir ici). De ce fait, la réception du second ce week-end en l’occurrence Yvetot est un rendez-vous primordial pour vous. Est-ce néanmoins le tournant de la saison ?

Jimmy Bocquet : « Ce match n’est pas un tournant. Il est extrêmement important, c’est certain, mais tous les premiers se rencontrent jusqu’à la fin de saison. A partir de ce week-end, je crois qu’il y a une voir deux confrontations directes à chaque journée. Cela amène une fin de saison palpitante. »

La montée est toujours dans un coin de votre tête donc ?

Jimmy Bocquet : « Quand on est troisième à une unité du second et que vous les jouez 2 fois, comment ne voulez vous pas avoir de l’ambition ? C’est un objectif de début de saison ! Nous n’allons pas changer de discours sous prétexte que nous avons eu une mauvaise passe. Il faut confirmer le très bon résultat acquis à Saint-Nicolas et aborder match après match les confrontations directes. Nous sommes en course au même titre que Yvetot, Saint-Nicolas, Bihorel et Evreux (B). »

Informations pratiques :
17e journée de Division Supérieure Régionale : Olympique Pavillais (3e) – Yvetot AC (2e), dimanche 2 avril à 15h au Stade Lucien Lecuyer de Pavilly



(Crédit photo : Fédération Française de Football)

Share Button

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils