QRM : Du rouge, du jaune et du champagne

Quevilly-Rouen Métropole est en Ligue 2 ! Au terme de son probant succès face à l’US Dunkerque (2-0), le club normand a validé son billet pour l’étage supérieur et nourrit désormais certaines ambitions pour la saison prochaine.




Toc, toc, toc ! Cela faisait plusieurs semaines que Quevilly-Rouen Métropole frappait à la porte de la Ligue 2, entendait les propriétaires de l’étage supérieur parler de sa potentielle venue, sans pour autant pouvoir s’assurer d’y entrer ni même intervenir dans les débats. En prenant à défaut l’US Dunkerque (2-0) ce vendredi, les joueurs de l’agglomération rouennaise n’ont finalement pas attendu que l’accès se libère devant eux mais ont pris leur destin en main. Oumar Pouye en tête.

En dépit des deux échecs subis précédemment – les défaites concédées ces deux dernières semaines devant Marseille-Consolat (0-2) et sur la pelouse de Béziers (2-1) -, Quevilly-Rouen Métropole a réagi avec la manière ce vendredi lors de l’avant-dernière levée de National et la réception de l’US Dunkerque (3e, 52 pts). Avec seulement trois unités d’avance sur leurs homologues nordistes, les Sang et Or de Diochon avaient pourtant de quoi trembler légèrement au coup d’envoi. Un nouveau revers les aurait placés dans une situation délicate, avant le dernier match de la saison à Chambly. Néanmoins, poussés par leur public – 6677 spectateurs s’étaient massés dans les tribunes de Diochon – les protégés de Manu Da Costa ont répondu présents. Physiquement et mentalement, puisque dès les premières minutes de la rencontre, ils imprimaient un pressing constant sur leurs adversaires et se créaient les meilleures occasions. Après le quart d’heure de jeu, l’implication normande était récompensée par une réalisation de Pouye, à la réception d’un service millimétré de Basque (17e). En seconde période, les dieux du football hésitaient longuement sur le choix de leur protégé mais se rangeaient finalement du côté de QRM. En effet, après un poteau de Taufflieb (77e), D. Fachan trouvait lui-aussi les montants sur l’action qui suivait (78e). Comme si cela ne suffisait pas à sa peine, le défenseur dunkerquois déviait malheureusement le cuir dans ses propres filets quelques minutes plus tard sur un centre fuyant de Pouye (85e). Un second but, synonyme de victoire et d’explosion de joie dans les travées du stade Robert-Diochon.

Le stade Robert-Diochon, justement, n’avait plus connu pareille fête depuis des années. Si les épopées successives de l’US Quevilly lors des éditions 2010 et 2012 de la Coupe de France avaient attiré les foules, il faut néanmoins remonter à la saison 2004 et la présence du FC Rouen en Ligue 2 pour retrouver une telle communion entre joueurs et supporters dans l’enceinte seinomarine. Oui, car quoiqu’en disent ses détracteurs, Michel Mallet a réussi son pari. Le rapprochement opéré entre l’USQ et le FCR a porté plus que jamais ses fruits. La récolte est inespérée. Deux montées consécutives en deux ans, là où les objectifs prévoyaient initialement une accession en Ligue 2 au terme d’une période oscillant entre cinq et sept années.

Vendredi donc, l’heure a été à la fête, aux rires et aux étreintes. Certaines plus fortes que d’autres, en témoignent les douleurs costales ressenties par Michel Mallet après la célébration sur la pelouse et les « câlins » reçus par ses plus proches amis et collaborateurs. Mais qu’importe, l’homme d’affaires normand aura tout le temps de se remettre avant le prochain exercice, qu’il attend déjà avec impatience. Avant de se lancer dans la préparation estivale, il faut désormais boucler certains dossiers. Comme celui du déménagement de début de saison – le stade Robert-Diochon subissant des travaux pour être aux normes durant l’été, les Rouge et Jaune devront débuter leur saison à Caen ou au Havre – mais aussi celui du budget alloué pour l’exercice à venir. A la première question, le président de QRM explique que la rentrée des classes se fera chez l’un ou l’autre des voisins normands. En réponse à la seconde, il affirme poser 6 millions d’euros sur la table. De quoi entrevoir de belles choses, de très belles choses. Mais avant ceci, il faudra également se préoccuper des contrats des protégés actuels de Diochon. Basque et Oliveira, pour ne citer qu’eux, expriment clairement leur intention de rester mais veulent en amont s’entretenir avec les dirigeants. Malgré des sollicitations, Manu Da Costa devrait également repartir sur le banc des Rouge et Jaune. Le flou est plus grand autour de Medhy Guezoui, élu ce dimanche meilleur joueur du championnat de National.
Toutes ces questions et interrogations seront toutefois abordées plus tard. Chambly se présentera le week-end prochain devant QRM. En cas de succès, les Rouge et Jaune pourraient alors repartir de l’Oise avec le titre de champion, acquis aux dépens de la Berrichonne de Châteauroux, la seule équipe à pouvoir encore ravir le sacre aux Normands.

Les notes de QRM :

Dan Delaunay (6,5) : Un match plein de sérieux et de concentration. Peu sollicité, il a néanmoins su répondre présent quand cela lui a été demandé.

Gary Marigard (6) : Une activité intéressante sur son couloir droit, tant offensivement que défensivement.

William Sery (7,5) : Sa sérénité et son sang-froid ont une nouvelle fois été mis en avant durant cette rencontre. Toujours propre défensivement.

Alioune Ba (7) : A l’image de son coéquipier de l’axe central, il a réalisé un match quasi-parfait. Dans le domaine aérien, il a été irréprochable.

Pierre Vignaud (6,5) : Des montées à répétition et un jeu alliant anticipation et expérience.

Anthony Rogie (7) : Plaque tournante du jeu normand, il a brillé par sa clairvoyance et sa faculté à dribbler dans les petits périmètres.

Stanislas Oliveira (7,5) : Aussi remuant sur le terrain qu’en conférence de presse d’après-match. Il a aimanté tous les ballons, avant de se rabattre sur la bouteille de champagne ensuite.

Oumar Pouye (8) : Pouye a éclaboussé la rencontre de son talent. Bien placé sur le premier but, il est ensuite à l’origine du « csc » de D. Fachan en fin de match. Il est tout naturellement l’homme du match.

Romain Basque (7) : Le couteau suisse de QRM a encore une fois fait preuve de polyvalence. Passeur décisif sur l’ouverture du score de Pouye, il s’est ensuite battu comme un beau diable dans le registre défensif. A tel point qu’il en a eu des crampes en fin de match. Remplacé par Mendy (

Timothée Taufflieb (6) : Percutant, il a été le premier à faire soulever Diochon en première période mais le portier adverse a repoussé sa tentative. En seconde période, c’est le montant qui s’est opposé à son tir. Une vraie débauche d’énergie.

Medhy Guezoui (5,5) : Il n’a pas réussi tout ce qu’il a entrepris mais a eu une influence très importante encore sur la défense adverse dans son jeu dos au but.

Share Button

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils